Archive | août 2011

Bay Of Islands (Dimanche 17 Juillet)

Russell au réveil…

Le Dimanche matin, nous avons rendez-vous à 9h à l’embarcadère pour notre croisière avec les dauphins. La pub se veut rassurante: si nous ne voyons pas de dauphins, la compagnie nous offre une nouvelle sortie: « Dolfin viewing, lifetime warranty« . Lire la Suite…

Bay Of Islands (Samedi 16 Juil.)

Après un bon petit déjeuner en ville, le programme du Samedi était de visiter les alentours du Pagode Lodge, avec notamment le Stone Store, plus vieille construction en pierre de Nouvelle-Zélande, et la Kemp House, également une des plus vieilles constructions existantes, en bois cette fois-ci. Depuis ces deux sites, nous sommes ensuite remontés le long de Kerikeri River jusqu’aux Rainbow Falls. Lire la Suite…

Bay of Islands (Vendredi 15 Juil.)

Après trois week-ends passés sur Auckland, et des semaines enfermé à l’appart en cherchant un stage, il devenait pressant de poursuivre notre découverte de l’île Nord. Nos prochaines étapes sur notre liste étaient Bay Of Islands et Coromandel, des noms qui revenaient souvent lorsque nous nous renseignions sur d’éventuelles destinations, dont on pourrait profiter en hiver.

Nous avions besoin d’une bonne coupure, nous avons donc choisi de louer la voiture dès le vendredi soir (nous nous rejoindrions à la sortie du bureau de Verena, pour prendre directement la route) pour aller passer deux jours complets au Nord, dans la Bay of Islands. Étant bloqué à l’appartement toute la semaine, j’en ai profité pour faire quelques recherches: logements, activités, restaurant. Notre précédent voyage sur Rotorua nous avait appris qu’il fallait quand même préparer un minimum, si on ne voulait pas perdre trop de temps sur place et passer à côté de tout faute de temps. Vendredi matin, tout était réservé; logements, bateaux, voiture. J’avais également trouvé quelques balades à faire à pied, notre programme était plus ou moins bouclé.

Nous avons donc pris la route le vendredi à 4h30 avec notre petite Hyundai Getz automatique. J’avais accepté le challenge de conduire, après avoir lâchement laissé faire Verena lors de notre voyage à Rotorua. Je me suis donc attaqué bravement à 4h de route sous une pluie battante, de nuit, direction Kerikeri, où nous avions une chambre au Pagoda Lodge. Plutôt qu’une chambre, il s’agissait d’une boathouse, c’est à dire un hangar à bateau dont la partie arrière avait été réaménagé en appartement (malheureusement sans toilettes). Le concept était prometteur, mais c’était sans compter le froid, qui s’est chargé de nous rappeler que nous étions en hiver, malgré les apparences. La pleine lune se découvrant, nous nous sommes couchés sous un froid glacial, tandis qu’un réchaud à gaz tentait péniblement d’apporter un minimum de chaleur.

lever de soleil à travers le boathouse, depuis la chambre.

Après une nuit délicate, nous avons quand même eu le droit à une petite récompense. Les rideaux ouverts en grelottant laissaient voir un superbe spectacle, d’autant plus beau qu’il annonçait une journée sans nuages!

Journée de Samedi

Journée de Dimanche

notre résidence pour la nuit: Pagoda Lodge

Waiheke Island (photos)

galerie de photos de notre promenade sur Waiheke Island. L’album sur Flickr.

Évaluez ceci :

Mudbrick Vineyard

Après être sortis du vallon, nous retrouvons une végétation plutôt « normale », essentiellement des prairies. Une particularité cependant; des haies de plusieurs mètres de haut nous bouchent complètement le paysage. Nous suivons le fléchage, jusqu’à un panneau indiquant « Mudbrick Vineyard, Bar & Restaurant ». Après quelques heures de marche, une pause n’est pas de refus, pas plus qu’une petite boisson bien méritée! Lire la Suite…

Coup de gueule

image

Première humeur!
Nous sommes allés samedi dernier voir le match All Blacks – Australie, comptant pour les Tri nations.
L’ambiance en ville est bien sympa, on sent que ce n’est pas un jour ordinaire. Des grappes jaunes se détachent de la marée noire. Histoire de jouer la carte de l’intégration, après plusieurs essais, beaucoup d’hésitation, je m’équipe également d’un joli polo noir! En attendant le maillot bleu, ce fera un bon souvenir!
Le trajet jusqu’au stade (en l’occurence jusqu’à l’appart d’abord, mais celui-ci se trouve dans la même rue qu’Eden Park) se fait dans des trains spéciaux, bondés. Je m’attendais à une ambiance beaucoup plus festive, des supporters plus chaud, mais la quasi prohibition d’alcool semble calmer un peu les foules.
Le match sera d’ailleurs un peu comme ça: tiède. Nous nous attendions à une ambiance de feu, contre les voisins (I support two teams: the All Blacks, and every team who plays Australia), mais loin de là! Certes, c’était un beau match (les All Blacks sont impressionnants), certes cela vibrait, certes un Haka en live, c’est quelque chose, mais il manquait la passion. Pas de chants de supporters, pas de tambours… Les Néo-zélandais sont des bons spectateurs, mais c’est tout!

Mais là n’est pas le sujet du billet… c’est un coup de gueule! Les nèo-zèlandais ont un sèrieux problème avec l’alcool! Non pas leur consommation, les pauvres, mais leur legislation!
Dans les supers marchés, la caissière ne peut pas valider elle-même un achat d’alcool! La transaction est bloquée tant qu’un superviseur n’est pas venu entrer son code, après avoir vérifié si nécessaire l’âge (si on a l’air plus jeune que 25 ans, on peut se voir demander son âge)!
Certaines zones de la ville sont interdites à la consommation d’alcool, 24h/24h, 7j/7j.
Mais le pire du pire, illustrant la psychose des autorités et l’absurdité de leurs règlements a eu lieu pendant la mi-temps, alors que nous voulions prendre une bière. Comme toujours, je présente ma carte d’identité française (telle que vous la connaissez: photo, date de naissance, tampon, et tout le tralala): refusée. Il faut une carte NZ, un permis de conduire NZ, ou un passeport. Je ne désarme pas; si j’évite de me balader avec mon passeport (surtout un soir de match) j’ai toujours une photocopie conforme que je peux présenter. Refusée également, et le superviseur ne bougera pas d’un pouce, de peur d’avoir laissé deux mineurs prendre une bière pour deux à l’aide d’une carte d’identité française falsifiée! Absurde! Débile…
Je ne sais pas comment ils envisagent la coupe du monde, mais ils ont des soucis à se faire! Ils auront ce problème un certain nombre de fois à mon avis, avant de se rendre compte qu’ils perdent pas mal de recettes pour rien.

Qu’ils gardent donc leurs bières, je garde mes dix dollars!

depuis mon HTC